Comment se déroule un coaching…

fiac

Comment se déroule un coaching…

Modalités pratiques et démarche d’un coaching

1-La démarche d’un coaching est initiée par le client, c’est de lui que vient la dynamique du changement. On ne change pas quelqu’un qui n’a pas envie de changer.

Mon maître coach nous posa une question à ce sujet :

« Savez-vous combien il faut de coachs pour changer une ampoule ?… »

Tandis que nous cherchions une réponse rationnelle, il nous dit

« Ça dépend si l’ampoule a envie de changer »

Donc dans un premier temps, le client contacte le coach.

Première question : comment le client choisit-il son coach ?

Comment choisiriez-vous un coach ? Sur quels critères allez-vous appuyer votre choix ? Quels éléments seront déterminants ou rédhibitoires ? Vous est-il conseillé par un ami ? Proposé par votre entreprise ? Consultez-vous sa formation ? La liste de ses clients ? Ou préférez-vous sa photo ?

Vos réponses entrent déjà dans le champ d’observation d’un coaching ; elles déflorent vos valeurs, vos fonctionnements, votre cadre de référence.

2- Le client et le coach se rencontrent pour un entretien préalable. Si la relation s’établit sur des bases qui conviennent aux deux protagonistes, ils s’accordent sur le coaching et posent les modalités pratiques, qui sont détaillées plus bas.

En général, le coach a une proposition contractuelle type dans sa besace qu’il adapte à son client. L’important est de s’accorder, de poser clairement les accords. La manière de poser le cadre et de s’y conformer, où non, est toujours signifiante. Là encore, nous sommes dans la systémie.

Nous voici donc, client et coach, posant conjointement le cadre du travail.

– Le Client énonce l’objectif du coaching.

Un objectif de contrat doit être SMART : Spécifique, Mesurable, Accessible, Réaliste et Temporel

Soit le client sait ce qu’il veut et le formule clairement, par exemple : « Je veux être capable de gérer mon stress… »

Soit, il faut l’aider à clarifier son objectif et mettre à jour son besoin.

– Ils établissent le plus clairement possible des éléments de mesure des résultats qui permettront d’indiquer le succès du contrat.

S’il s’agit d’augmenter les performances, les productions, de juger d’un meilleur relationnel, de réussir une transition, un tournant professionnel, de fédérer une équipe … on peut trouver des éléments, d’autres fois, c’est plus… complexe, nous prenons plus de temps.

– Le client et le coach posent ensemble les modalités pratiques du coaching : les paiements, la durée, le temps et la fréquence des séances, le lieu et les conditions dans lesquelles elles se dérouleront.

Cadre général du coaching :

La séance

Une séance de base dure entre 1 à 2 Heures. Mais tout est flexible et adaptable au client. Moi, j’aime bien 1H30

Fréquence des séances

Une séance peut amorcer une prise de conscience, révéler un aspect, faire bouger, toutefois, si l’on veut vraiment ancrer les bases du changement, il est nécessaire de planifier au minimum quatre séances. Nous évaluons ensemble s’il s’agit d’un gros «chantier».

Il m’est arrivé de proposer à un client de rajouter deux séances, et de formuler à un autre qu’il n’avait plus besoin de moi.

Les séances

Elles sont en général planifiées à l’avance, en fonction du rythme personnel et professionnel du client et de son sujet. Les cas d’urgence, comme la gestion de crise, un événement générateur de fortes pressions… peuvent nécessiter une présence fréquente du coach auprès de son client.

Le coach offre à son client un espace pour se recentrer, se ressourcer. Il veille également à favoriser l’autonomie de son client. Autrement dit, un coach ne doit pas impliquer et ne doit pas porter.

Les 4 accords Toltèques de Miguel Ruiz posent les fondamentaux du coaching :

  • Une parole impeccable
  • Ne rien prendre pour soi
  • Ne pas faire de suppositions
  • Faire de son mieux 

Une personne qui suit un coaching travaille en permanence (même à son insu) dans le cadre des séances et durant les inter-séances. Les séances ponctuent des étapes et marquent les avancées. De son côté, un coach est sensé travailler en permanence sa propre matière ; je parle d’un coach éthique, respectueux de son client, et de sa profession.

L’espace du coaching

Le coaching peut se dérouler à priori n’importe où,  un espace hors influence (familiale, professionnelle…) c’est mieux. Un espace dans lequel le client peut se laisser aller, ne pas être parasité… Sinon, et bien, servons-nous des parasitages, ils ont certainement leur rôle à jouer, leurs maux à dire.

L’espace d’une séance de coaching appartient au client, le coach est « invité » dans cet espace privé.

Responsabilités

Les parties s’impliquent conjointement dans le processus de coaching. Normal.

Elles s’engagent au respect mutuel. C’est essentiel !!  Si ce n’est pas le cas, c’est au coach d’y veiller, de recadrer. Ce qui se passe entre le coach et le client est toujours significatif. Le client reproduit son système avec le coach. Il faut être constamment attentif à ce qui se joue dans le cadre d’un coaching entre le client et le coach. C’est pour cette raison qu’un coach doit à la fois être complètement en présence, et en métavision. C’est ce point de vue particulier qui permettra au client de dénouer ses problématiques.

Le coach a la responsabilité du cadre, de la procédure, et du respect du code de déontologie.

–      Le coach est tenu au secret professionnel et à la confidentialité absolue sur le contenu de toutes les séances. Seul le client pourra en parler à l’extérieur.

Le client a la responsabilité de ses décisions, de ses résultats et de ses actes. Il est maître à son bord. Une tierce personne qui tente de prendre la barre, n’est pas coach. J’ai entendu des personnes se présenter sous l’étiquette « coach », l’habit ne fait pas le moine.

Voyons, si j’avais un « truc » à vous donner pour les repérer… Concentrez peut-être votre attention sur le respect. Votre parole, votre pensée, votre espace, votre personne sont-ils respectés ?

La démarche de coaching individuel s’effectue dans le cadre d’une relation paritaire entre le coach et le client.

Dans le cas d’un contrat tripartite, il y a deux clients, le commanditaire et la personne (ou les personnes) coachée (s).

Toute intervention du coach sera exclusivement au service du client. Il s’engage à mettre en œuvre tous les moyens dont il dispose pour permettre l’atteinte des objectifs définis par le client. On entend par moyens, son savoir-faire et ses compétences.

L’entretien préalable est ou n’est pas facturé au client, c’est mieux de le savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *