Stig Dagerman « Notre besoin de consolation…

« Notre besoin de consolation est impossible à rassasier »

Le titre de cet écrit de Stig Dagerman a résonné pour moi. Je l’ai donc immédiatement acheté et lu. Il s’agit des derniers mots qu’il nous a laissé, avant de se donner la mort.

Certaines plumes sont touchées par la grâce. Elles ne font pas de concession, et s’encrent au plus près de l’être.

Je partage avec vous deux phrases de cet ouvrage :

un être souverain à l’intérieur de ses limites

Je n’ai rien à opposer que moi-même

 

L’éducation psycho-sociale à l’école

L’éducation psycho-sociale à l’école

Enjeux et pratiques

Ouvrage du Collectif « école, changer de cap »

 Sous la direction de

Armen Tarpinian et Maridjo Graner

Editions chronique sociale

 J’interviens dans ce que l’on nomme « les zones sensibles », notamment auprès de jeunes. La réactivité d’une population vivant dans cette « ceinture » territoriale est flagrante, difficilement contrôlable, voire, hors contrôle

Il est urgent de réinventer notre système éducatif !!!

les intervenants de ce collectif proposent des axes pour réorienter et restructurer notre système obsolète, qui ne sert ni l’individu, ni la collectivité. Voici en partage, quelques notes piochées au fil de ma lecture… Carine

Lire la suite

Katsushika Hokusai

Katsushika Hokusai

Quel bonheur que d’avoir pu me promener dans cette multitude d’œuvres du « vieux fou de la peinture », c’est chavirant !!

 

 

 

 

 

 

 

« Rien dans notre intelligence qui ne soit passé par nos sens »

Aristote

 

Ludique et dérangeant

Une belle découvert aux rencontres d’Arles, le photographe Hollandais Hans Eijkelboom, ludique et dérangeant. Pour exemple, il s’introduit dans la demeure de familles qu’il ne connait pas, et prend la place de l’homme au foyer (photo ci-dessous). Autre défi, apparaître dix jours de suite sur les photographies du journal local… ou encore : interroger d’anciennes connaissances datant de 10 ans « Quel métier pensez-vous que Hans exerce aujourd’hui ? »; il se met en scène dans toutes les professions…

 

De l’art du bonheur

De l’art du bonheur

Au fil d’une série de tableaux emblématiques, Christophe André trame son sujet  :  Le bonheur n’est pas une chance mais une intelligence. Qui peut s’apprendre et se développer

« Le but, c’est d’être heureux. On n’y arrive que lentement. Il y faut une application quotidienne. Quand on l’est, il reste beaucoup à faire : consoler les autres » Jules Renard  Lire la suite

Dalaï Lama… une ligne

http://voyagerloin.com/culture/les-18-regles-vie-du-dalai-lama-partager-possible/image001 (1)

Voici le lien du site duquel j’ai tiré ces propos…

Loin des discours péremptoires, à l’aube de cette nouvelle année, il y a des voix qui pèsent leurs mots et rai(é)sonnent.

Dalaï Lama, ou autre… certaines harmonies aident à se réajuster.

Je préfère une ligne à une règle… chacun son truc…

1. Prenez en compte que le grand amour et les grandes réussites impliquent de grands risques. 

Le risque est impliqué dans chaque grande occasion de la vie. S’il n’y avait pas de risques, alors tout le monde agirait, ce qui rendrait les gens « ordinaires » et non «grands». Démarquez-vous des autres comme celui qui peut non seulement prendre des risques, mais qui apprécie de le faire. Lire la suite

le lâcher-prise

Ce diable de lâcher-prise !…

Quelques fois, nous savons intuitivement que nous ferions mieux de lâcher, et pourtant nous nous entêtons. Nous collons à nos problèmes, et nous nous obstinons comme des pauvres diables à nous confronter violemment aux obstacles qui obstruent notre champ de vision.

Il en résulte souvent de la casse, des blessures… En bref, peu de plaisir, de l’inconfort et des dégâts collatéraux.

Nous répétons en boucle les mêmes scénarios, et obtenons des résultats quasi similaires.

Comment font les autres ? Ceux qui parviennent à ne pas passer en force, à négocier en douceur, ceux qui continuent à avancer en conservant leur tranquillité et leur équilibre… y’aurait-il un truc ?

Je suis tombée sur cette vidéo. Libre à chacun d’y percevoir un sens ou un autre.

Pour moi, j’y vois une jolie illustration du lâcher-prise dans le comportement des deux protagonistes et un bel accord entre les deux.